Module 3: Suivi de la qualité de l’eau

As-tu un parc préféré où tu aimes sortir? Chaque fois que tu t’y rends, tu remarques probablement des changements le long de ton itinéraire et dans le parc. Par exemple, à l’approche de l’automne, tu remarques que les feuilles changent progressivement de couleur et finissent par tomber au sol. Lorsque cela se produit, tu sais immédiatement que l’hiver arrive et tes jours au parc sont comptés avant que le sol ne soit recouvert de neige. En visitant le parc encore et encore, tu construis une image dans ta tête de ce à quoi tu t’attends à voir. Avec cette image à l’esprit, tu es en mesure de remarquer des changements (comme les feuilles qui tombent au sol) et de comprendre ce qu’ils pourraient signifier pour toi et ton écosystème (la neige arrive bientôt!). Il s’agit de la forme la plus simple de suivi environnemental.

Des étudiants qui amènent leur testkit de Water Rangers pour pouvoir tester les cours d’eau qu’ils rencontrent

Les gens ont toujours observé leur environnement. Dans les premières sociétés agricoles, le suivi se faisait par le biais de visites fréquentes dans les champs et la rotation des cultures et des animaux. De nombreuses traditions autochtones prévoient une observation attentive de la terre – une forme de surveillance environnementale. En exécutant des rituels importants et des pratiques culturelles répétées, transmises de génération en génération, les gens retournent aux mêmes endroits aux mêmes moments pour remarquer comment l’environnement change et pour célébrer les cycles de la vie. Cela permet de construire des histoires et des connaissances à long terme, comme on en a discuté dans le dernier module.

Tu n’as besoin d’aucun outil pour observer ton environnement, juste une volonté de visiter et de remarquer des changements importants.

Dans ce module, on va apprendre davantage sur la surveillance de la qualité de l’eau, la façon dont on peut vérifier et surveiller la santé de nos eaux, à l’aide d’outils et de mesures faciles à utiliser. Tu découvriras pourquoi il est important de surveiller nos eaux, les moyens de collecter et de partager des données et de comprendre l’ensemble de ce à quoi tu contribues.

Leçon 1: Qu’est-ce que tu « vois »?

Pourquoi veut-on surveiller nos eaux? Eh bien, c’est probablement parce qu’il y a quelque chose à leur sujet qu’on veut voir ou apprendre. Réfléchir à ce que tu veux apprendre sur ton eau t’aidera à décider des outils que tu utiliseras, des protocoles que tu suivras (c’est la stratégie de suivi que tu développes) et des données (ce sont les mesures, les observations et la documentation) que tu collecteras. Certaines choses que tu voudras peut-être voir ou apprendre sont:

Communautés de vie
Communautés de poissons, macroinvertébrés, plantes aquatiques, oiseaux volants et oiseaux aquatiques

Comment est-ce qu’on « voit » ou surveille les espèces qui vivent à l’intérieur et autour de nos plans d’eau? On doit visiter souvent et porter une attention particulière – les animaux peuvent être gênés et difficiles à voir! Lorsqu’on les voit, on peut le documenter en prenant des photos (comme les photos ci-dessous prises par des utilisateurs de nos testkits!), en remplissant des listes de contrôle des espèces et en recherchant toute nouvelle espèce qu’on rencontre. Pour voir cet aspect de l’écosystème, tu voudras peut-être des outils comme une caméra à zoom élevé, des mangeoires pour oiseaux ou des pièges vivants appâtés et des guides.

  1. Comment élaborerais-tu un protocole de suivi de ces espèces?
  2. Quelles données collecterais-tu?
  3. Existe-t-il un moyen de se faire une idée des espèces qui peuvent prospérer dans nos eaux sans pouvoir les voir? Pense-y et les outils dont tu pourrais avoir besoin.

Conditions du littoral et impacts humains

Le rivage est l’une des parties les plus importantes d’un écosystème aquatique – il filtre la pollution et les produits chimiques qui pourraient pénétrer dans l’eau et fournit un habitat important pour les amphibiens, les poissons, les oiseaux et les mammifères. Lorsque les impacts humains affectent la végétation naturelle du littoral, les animaux perdent leur habitat et l’eau perd son tampon qui filtre la pollution et les produits chimiques nocifs.

  1. Vois-tu qu’il y a de différent entre les deux rives ci-dessous?
  2. Comment affecteraient-elles l’eau différemment?
  3. Comment «voit-on» les impacts du développement du littoral?
  4. Comment peut-on restaurer le littoral?

Pour ce suivi, on a besoin de nombreux sites à visiter avec une variété de rivages différents. On peut commencer par observer les différentes plantes qui poussent autour de chaque site. On pourrait également demander aux utilisateurs de longue date des terres autour de chaque site comment la terre et les eaux ont changé au fils des années.

  1. Comment «voir» l’état de l’eau autour de chaque rivage? Pense-y et aux outils dont tu pourrais avoir besoin.

Activité
Étape 1: Pense à un aspect d’un plan d’eau que tu connais, ou à un autre écosystème que tu connais bien, sur lequel tu aimerais en savoir plus grâce à un suivi régulier.

Étape 2: Note les outils dont tu as besoin pour en savoir plus sur cet aspect.

Étape 3: Développe un ensemble d’étapes – c’est ce qu’on appelle un protocole – que tu suivras chaque fois que tu visiteras ton site pour des observations régulières.

Étape 4: Liste les données que tu collectes. Il peut s’agir de mesures, d’images, d’enregistrements audio ou d’échantillons physiques.

Leçon 2: « Observer » la qualité de l’eau

Quel aspect d’un écosystème aquatique aimerais-tu mieux voir? Tu as probablement réalisé que de nombreux problèmes et aspects liés à l’eau sont invisibles – on ne peut pas les avec nos yeux. C’est là que le suivi de la qualité de l’eau commence à combler certaines lacunes. Le suivi de la qualité de l’eau teste et vérifie régulièrement la chimie de l’eau – la composition chimique de nos eaux. En testant divers paramètres de l’eau, on peut commencer à «voir» la santé de notre eau et avoir une idée de tout problème qui pourrait survenir.

Établir une base référence
Les plans d’eau sont tous différents! Chacun a sa propre chimie, sa composition et sa faune. Et ceux-ci sont affectés par les saisons, les processus environnementaux et d’autres facteurs externes. Une surveillance régulière de la qualité de l’eau nous permet de voir ce qui est normal pour cette masse d’eau et nous permet d’établir une base de référence – un historique à long terme de la santé de cette eau, afin qu’on puisse savoir quand des problèmes surviennent.

Par exemple, les niveaux naturels de conductivité et de pH peuvent être différents en fonction du substrat rocheux: la rivière Rideau a un fond de calcaire, son pH est donc généralement d’environ 8 et sa conductivité entre 300 et 500 uS/cm, tandis que la rivière des Outaouais a un pH plus proche de 7 et conductivité de 60 à 100 uS/cm dans les zones non polluées. Donc, obtenir un niveau de 500 uS/cm pourrait être acceptable dans la rivière Rideau, mais suggérerait quelque chose d’anormal à Ottawa.

Lorsque tu effectues des tests hebdomadaires ou mensuels, tu sais à quoi ressemble la normale, ce qui signifie que tu peux savoir immédiatement quand les valeurs sont décalées et tu peux passé à l’action pour en savoir plus et prendre action ou alerter les autorités.

La Rivière Pearl au Mississippi est testé régulièrement. Le graphique montre les fluctuations naturelles de la température de l’eau au fil des saisons.

Leçon 3: Faire un suivi prend du temps

D’accord, tu peux donc surveiller et vérifier souvent la santé d’un ou de quelques points d’observation à l’aide de stratégies de suivi de la qualité de l’eau. Mais comment connaître la santé de l’ensemble de ton bassin versant? Qu’en est-il de toutes les voies navigables de ta province ou du Canada? Tu vas avoir besoin d’un peu d’aide.

Tu constateras que la première fois que tu sors pour prendre une mesure de la qualité de l’eau, cela peut te prendre beaucoup de temps! Tu devras:

  • Apprendre à utiliser de nouveaux outils
  • Trouver un endroit et y aller en toute sécurité
  • Configurer ton équipement
  • Mesurer et enregistrer soigneusement tes données

La surveillance prend du temps, même pour les professionnels!

Par exemple, l’Office de protection de la nature de la vallée Rideau à Ottawa gère un programme de surveillance professionnelle de premier ordre. Avec 4 employés à temps plein, 2 camions et 3 bateaux (dont un gros bateau de pêche!), 39 sites sont surveillés régulièrement chaque été. C’est formidable pour connaître la santé du bassin hydrographique Rideau, mais que se passerait-il si on voulait connaître la santé des eaux de tout l’Ontario? Ou même partout au Canada? Le programme de surveillance de RVCA est coûteux et nécessite beaucoup de planification et de travail. Toutes les communautés n’ont pas la chance d’avoir une équipe professionnelle travaillant à plein temps! C’est là qu’entre en jeu la création d’un réseau de suivi par la science citoyenne.

Construire un réseau avec la science citoyenne
Et si, au lieu de prendre des mesures tout seul ou au lieu de compter sur des équipes professionnelles aux budgets et délais limités, on créait un réseau de testeurs de la qualité de l’eau partout au Canada qui travaillaient en équipe. L’une des façons de créer cette équipe consiste à utiliser ce que l’on appelle la science citoyenne.

La science citoyenne est la participation de scientifiques non professionnels (toi, tes voisins, n’importe qui!). À la production de connaissances scientifiques – allant de la collecte de données à l’analyse, en passant par la rédaction et la publication.

C’est un outil tellement puissant. Grâce à la science citoyenne, on modifie la direction dans laquelle les connaissances peuvent circuler. Au lieu que les professionnels décident de ce qui est important et de ce qui doit être examiné, la science citoyenne met le pouvoir entre les mains des membres de la communauté pour choisir les emplacements des échantillons, contribuer aux observations sur le terrain et décider de ce qui est important à analyser.

Puissant pour toi, mais aussi pour la science elle-même. Plus d’endroits surveillés, plus d’observations en temps réel, plus d’expertise locale.

  1. Tu connais bien tes plans d’eau, où pourrait-il y avoir des problèmes et quelles sont des valeurs normales de différents paramètre pour ces endroits?
  2. Comment peut-on utiliser la science citoyenne pour construire un réseau de testeurs et de protecteurs de l’eau?

Leçon 4: La science citoyenne en action

Water Rangers utilise la puissance de la science citoyenne pour créer un réseau pancanadien de surveillance de la qualité de l’eau

Comment ça fonctionne
Tu fais une observation! Utilise ton testkit Water Rangers ou simplement les outils et observations mis à ta disposition. Prends des photos, note les espèces et vérifie la température si tu n’as pas de testkit. Télécharge les données sur la plateforme de données Water Rangers. Les données que tu ajoutes contribuent à un réseau de suivi pancanadien, aidant les scientifiques et les décideurs à comprendre la santé de nos eaux.

Cela te semble excitant? On est ravis de te compter parmi notre réseau et notre équipe.

Maintenant que tu connais les bassins versants, les façons de connaître nos eaux et la science citoyenne de la qualité de l’eau, tu as terminé ce cours d’introduction. Pour approfondir tes connaissances sur les différents paramètres de tests de qualité de l’eau avec ton testkit Water Rangers, lit les prochains modules!