Module 2: Parler de l’eau

Après avoir découvert ton bassin versant et les terres sur lesquelles tu habites, tu as probablement une meilleure idée de la façon dont l’eau relie toutes choses: les gens et les familles autour de toi, la vie végétale et animale et même les communautés que tu pensais qui étaient éloignées.

Pense aux choses qui te tiennent à cœur dans ta vie. Pense aux personnes que tu aimes. Être bienveillant(e) est-il un sentiment, ou est-ce quelque chose que tu fais? Un ami ou un membre de la famille aimant te fait sourire, te réconforte lorsque tu es bouleversé et t’apprend beaucoup. Lorsqu’on aime les gens, on prend le temps de vérifier comment ils vont, de leur parler du type de soins dont ils ont besoin pour s’épanouir et de faire ce qu’on peut pour les aider. Cela te semble-t-il familier? Pour construire une amitié bienveillante avec nos eaux, on a également besoin de moyens de communiquer avec elles et d’en tirer des leçons. L’eau a beaucoup à nous apprendre et beaucoup à nous dire sur la vie qu’on trouve tout autour de nous. Mais contrairement à un bon ami, on ne peut pas simplement envoyer un texte ou passer du temps avec la fin de semaine. On a besoin de moyens de communiquer avec l’eau et de moyens d’apprendre les cycles naturels. Il existe de nombreuses façons de parler de et avec l’eau!

Lac McGlashen qui a inspiré Kat à créer Water Rangers

Leçon 1: Communiquer à l’aide d’histoires

Une façon de te renseigner est de parler aux aînés, aux membres de la famille ou aux personnes très liées à l’eau près de chez toi. Ils ont passé beaucoup de temps avec l’eau et connaissent profondément ses cycles naturels et quand quelque chose ne va pas. La grand-mère Josephine Mandamin est une aînée anishnaabe de Thunder Bay, en Ontario, qui de son vivant a parcouru plus de 25 000 km autour des Grands Lacs pour sensibiliser à la protection de l’eau! Pour les Anishinaabe, l’eau est associée à la Terre Mère et il est de la responsabilité des grands-mères de conduire les autres femmes à prier et à protéger l’eau. Grâce à une vie d’expériences avec l’eau, les grands-mères forgent une image à long terme de l’eau et de sa santé. Écouter et lire leurs histoires est un moyen important d’en apprendre davantage sur l’eau.

Lis cet article qui parle de la grand-mère Joséphine et son périple pour protéger l’eau sacrée et de sa relation avec l’eau. Après l’avoir lu, pense aux histoires que tu as entendues sur les lieux locaux qui te sont chers.

  1. Quel genre d’histoires raconterais-tu sur cet endroit?
  2. Quelles parties de ces histoires te rendent curieux d’en apprendre plus?
  3. Qu’est-ce que ces histoire t’apprennent?

Leçon 2: Communiquer à l’aide de nos expériences

Es-tu déjà allé nager dans un lac et plonger profondément? Si c’est le cas, tu as probablement senti que plus l’eau est profonde, plus elle devient froide. En remontant, tu aurais constaté que l’eau à la surface était à nouveau chaude. En jouant dans le lac, l’eau t’a appris quelque chose sur le fonctionnement de cet écosystème spécial!

  1. Pourquoi penses-tu que l’eau plus profonde était plus froide, tandis que l’eau de surface est chaude?
  2. Qu’est-ce qu’il se passe ici?
Najeeba, une de nos stagiaires, qui profite de l’eau fraiche au Lac McGlashen

Chaque fois que tu passes du temps dans et autour de l’eau – jouer à un jeu avec tes amis, te rafraîchir par une journée chaude, remplir un arrosoir pour ton jardin – tu communiques avec l’eau directement à travers tes expériences. En remarquant simplement comment l’eau se sent, ressemble et réagit, tu apprends comment ce système fonctionne. En remarquant les oiseaux, les plantes, les insectes et les poissons que tu vois dans et autour de l’eau, tu découvrez=s la communauté de vie qui partage l’eau avec toi.

L’expérience est un moyen important d’apprendre sur l’eau! Pense-y et remarque tout ce que tu peux à chaque fois que tu sors. Pour communiquer avec l’eau de cette manière, tu n’as pas besoin d’équipements, d’outils ou de connaissances spéciales, mais uniquement de ta volonté d’explorer. Si tu le souhaites, prends des photos, des vidéos ou des extraits audio de ce que tu trouves, ou dessines dans un carnet de croquis quand tu es près de l’eau. C’est un bon moyen de te souvenir de ce que tu remarques et découvres.

Leçon 3: Communiquer à l’aide de mesures

Une autre façon de communiquer et d’apprendre avec l’eau est de prendre des mesures pour comprendre la santé de notre eau. En prenant de nombreuses mesures régulièrement, on peut utiliser cet outil créer une base de référence de la santé de notre eau. Au lieu de prendre la forme d’une histoire, comme celles d’une grand-mère, les données forment un graphique traçant les différentes mesures qu’on prends! Les mesures régulières de la qualité de l’eau sont appelées suivi de la qualité de l’eau.

Sur la Rivière Talhtan en Colombie Britannique

Les testkits de Water Rangers contiennent tout ce dont tu as besoin pour commencer à prendre des mesures régulières et à une base de référence de la santé de ton eau.

  1. Quel plan d’eau aimerais-tu tester pour en apprendre plus sur sa santé?
  2. Quels paramètres sont important à mesurer?
  3. Comment peux-tu aider à protéger les plans d’eau sans outils?

En utilisant ton testkit et en contribuant des données à notre plateforme, tu nous aides également à développer une vaste base de données accessible sur la qualité de l’eau. Cela aide les scientifiques professionnels, ceux qui travaille pour la conservation et les communautés à prendre des décisions éclairées et à remarquer les problèmes d’eau à mesure qu’ils surviennent. C’est un outil puissant, et il existe grâce à des scientifiques citoyens (c’est toi!) qui prennent des mesures et les téléchargent.